Polina – article

Premier ouvrage de la collection MIMED / Le Cavalier Bleu, 2022

Le 17 mars 2022, soixante ans après la signature des accords d’Évian, l’ouvrage Algérie coloniale. Traces, mémoires et transmissions a paru aux Éditions Le Cavalier Bleu (collection MIMED en partenariat avec la MMSH).

En renouvelant à la fois l’étude de l’actualité du colonial et celle de ses mémoires dans les sociétés française et algérienne, les contributions de cet ouvrage, réunies par l’anthropologue Giulia Fabbiano et par l’historien Abderahmen Moumen, interrogent les traces de la colonisation, de la guerre d’indépendance algérienne et de leurs mémoires dans différents domaines et milieux.

Faisant le choix de s’éloigner du registre à la fois passionnel et pathologique mis en avant par les tenants de la « guerre des mémoires », cet ouvrage collectif et interdisciplinaire propose de déplacer le regard des querelles associatives et des instrumentalisations politiques aux agissements du passé en transmission et toujours en mouvement.

Faisant le choix de s’éloigner du registre à la fois passionnel et pathologique mis en avant par les tenants de la « guerre des mémoires », cet ouvrage collectif et interdisciplinaire propose de déplacer le regard des querelles associatives et des instrumentalisations politiques aux agissements du passé en transmission et toujours en mouvement. Il s’agit, en effet, de privilégier un questionnement sur la contemporanéité du passé et l’actualité de ses traces, sur la ténacité, parfois discrète, des survivances et de leurs détournements. S’attacher à suivre comment, par quels réseaux et quelles pratiques, les fils de l’histoire se déroulent jusqu’à nos jours, en en appréciant aussi bien les trajectoires que les mouvements. Articulé en quatre parties – dispositifs, narrations, générations, témoins – l’ouvrage présente une vision d’ensemble qui conduit au cœur des mouvements et des transmissions mémorielles, de leurs moments ainsi que de leurs manquements.

Giulia Fabbiano est anthropologue et spécialiste de l’espace transnational algérien (EHESS). Elle a soutenu une thèse sur les narrations identitaires et mémorielles postcoloniales en France, publiée sous le titre Hériter 1962. Harkis et immigrés à l’épreuve des appartenances nationales (Presses universitaires de Paris-Ouest, 2016). Depuis, ses recherches se concentrent sur les politiques et les pratiques de mobilité dans l’espace méditerranéen ainsi que sur les luttes et les expériences de violence politique dans l’Algérie contemporaine.

Abderahmen Moumen est historien et chercheur associé à TELEMMe (Aix-Marseille Université). Ses recherches portent sur l’histoire des populations en Algérie, la guerre d’Algérie et les mouvements migratoires entre l’Algérie et la France (et plus précisément les migrations d’ordre politique). Il accorde un souci particulier aux processus muséographiques de transmission de l’histoire. Il a, entre autres, publié Les Harkis dans la collection Idées reçues du Cavalier Bleu (2008).

Lien : http://www.lecavalierbleu.com/livre/algerie-coloniale/